Vinci Construction sera le premier utilisateur à grande échelle du film photovoltaïque transparent inventé par l’aixois Sunpartner Technologies. Stimulé par la réglementation européenne sur le bilan énergétique des constructions neuves, l’industriel mise sur le marché des smart windows et des façades productrices d’énergie. Il concevra avec la start-up de nouveaux vitrages technologiques intégrant ses innovations brevetées par dizaines, dont la plus aboutie, Vision Glass, permet d’imaginer des vitrages photovoltaïques totalement transparents. Pour se rendre invisible à l’œil, le capteur Wysips (« what you see is photovoltaic surface ») utilise une surface ondulée qui renferme des milliers de minuscules lentilles et une très fine cellule photovoltaïque courant en serpentin.

Mise au point au début de la décennie, l’innovation peut potentiellement transformer n’importe quelle surface en microcentrale électrique : tablettes, téléphones portables, montres, panneaux publicitaires, murs, baies vitrées…

Sunpartner prévoit une nouvelle levée de 10 millions d’euros

Pour produire les premières séries, Sunpartner a transformé une ancienne usine de production de modules photovoltaïques à Rousset, près d’Aix-en-Provence, qui démarrera dans quelques mois. Sa capacité – 30.000 mètres carrés par an – sera tout juste suffisante. Car, d’ici à 2020, la demande mondiale en vitres intelligentes autonomes devrait atteindre 18 millions de mètres carrés. Sunpartner prévoit d’y répondre en installant ses futures lignes de production près des marchés à desservir. Son partenariat avec Vinci Construction facilitera son adaptation aux contextes locaux, notamment réglementaires.

Outre l’Europe où elle projette de conquérir 15 % du marché, la start-up lorgne le Japon, qui devrait rapidement représenter la moitié de son activité (10 millions d’euros, cette année). Sunpartner y est déjà présent avec Kyocera, qui finalise la conception d’un téléphone intégrant sa technologie Wysips, et une dizaine de joint-ventures sont en cours de négociation dans le secteur de l’horlogerie et du vitrage notamment.

L’expertise de Vinci sera précieuse : elle permettra d’ajouter d’autres fonctions au verre telles que le contrôle de l’opacification, le chauffage à base de particules d’argent, le nettoyage automatique ou encore la protection contre les rayons UV infrarouges qui décolorent parquets et moquettes. « Nous programmons de doter la silice des vitrages d’autant d’intelligence que le silicium des puces pour gérer plus efficacement et plus durablement la prochaine génération de bâtiments », résume Ludovic Deblois, président et cofondateur de Sunpartner. L’enjeu est de taille : plus de fonctions signifie également moins de câblage et une ingénierie de construction simplifiée, sources d’économies. Pour parvenir à ses fins, l’entreprise a engagé une nouvelle levée de fonds de 10 millions d’euros. Elle portera à 55 millions d’euros au total le montant des sommes levées depuis la création de l’entreprise fin 2008.