Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Saint-Sébastien-d’Aigrefeuille : Aigrefeuille a un nouveau bureau

Par : MIDI LIBRE - Article original - Publication : 02/12/2016 - imprimer

L 'association suit de près le projet de station photovoltaïque.

Lassociation l'Aigrefeuille fêtera en 2017 ses 32 années d'existence. Elle comprend 65 adhérents. À l'ordre du jour de son assemblée générale annuelle du 18 novembre figurait, notamment, l'état d'avancement du projet de création d'une station photovoltaïque sur l'emplacement de l'ancienne mine de plomb. L'Aigrefeuille ne s'oppose pas à ce programme, a priori séduisant, puisqu'il participe au développement des énergies renouvelables. Toutefois, les membres du bureau estiment qu'il est indispensable que les études préalables à son implantation soient poussées et approfondies. En effet, les sols, raclés par dix ans d'exploitation de la mine, sont fragilisés et contiennent des produits polluants, plomb, arsenic et d'autres substances, qui se déversent dans la rivière en contrebas, lors de fortes pluies. Il serait impensable que la situation, déjà critique, soit aggravée par le chantier envisagé.

Les résultats de l'enquête de santé se font attendre

La solution proposée par l'Agence pour le développement et la maîtrise de l'énergie (Ademe) de végétaliser le site, par utilisation du phytomanagement semble intéressante. Ces plantes auraient en effet pour vocation d'immobiliser les sols et de dégrader les polluants s'y trouvant. "Nous avons rencontré plusieurs fois les responsables de Vol V, (la société qui construira la centrale) et de Iota-sol (société montpelliéraine spécialisée dans la production d'électricité)", indique la présidente Adeline Collette. "Nous avons fait ressortir que l'étude d'impact initiale était insuffisante, ce qui a convaincu les parties prenantes. D'autres études doivent donc être menées sans plus attendre. Nous nous réjouissons dans ce contexte que l'Ademe travaille de concert avec ces sociétés."

Autre sujet abordé, celui de l'enquête menée par l'Agence régionale de santé (ARS). Il y a un an, des prélèvements de sang et d'urine avaient été effectués pour déterminer le taux de plomb et d'arsenic chez les candidats, résidents de la commune, qui avaient accepté de s'y soumettre. L'ARS devait restituer ses conclusions au cours du premier semestre 2016, sous une forme synthétique. Cette réunion publique tant attendue n'a toujours pas eu lieu.

Après approbation du rapport moral et du rapport financier, le nouveau bureau a été constitué autour de la présidente, Adeline Collette, qui renouvelle ainsi son mandat pour deux ans.

Source : www.midilibre.fr

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés