Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

EDF inaugure une centrale photovoltaïque au cœur du désert d'Atacama

Par : L'Usine Nouvelle - Article original - Publication : 02/12/2016 - imprimer
EDF inaugure une centrale photovoltaïque au cœur du désert d'Atacama © Ludovic Dupin

Après un long périple en Guyane et au Brésil, Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, pose pied au Chili ce jeudi 1er décembre. En sortant de l’hélicoptère, il est tout sourire tout en ajustant ses lunettes teintées. Et pour cause, l’aéronef vient de le déposer au fin fond du désert d’Atacama, l’un des plus arides au monde. Le plus proche village est à 50 kilomètres. Ici, le temps est venu d’inaugurer le parc photovoltaïque de Boléro. 

Ce parc est symbolique à plusieurs titres. D’une part, c’est le premier actif de production d’électricité ouvert par EDF dans ce pays d’Amérique latine, un état où l’électricien était absent il y a encore deux ans.  D’autre part, avec 146 MW, il s’agit du plus grand champ photovoltaïque dans le monde pour l’entreprise.  "Quand je suis arrivé en poste  (ndr : en novembre 2014), j’étais surpris que seulement 5% de notre activité soit à l’international. C’est une fierté d’avoir vu un projet se développer aussi vite dans ce pays", explique Jean-Bernard Lévy.

EDF a saisi l’opportunité de se développer au Chili alors que le pays a lancé un vaste plan d’évolution de son mix énergétique vers les renouvelables. Pour Santiago, l'objectif est d'arriver à 70% de l’électricité d’origine éolienne ou solaire en 2050. Le pays veut aussi gagner en indépendance, vis-à-vis des voisins argentin et péruvien. 

Présent au côté de Jean-Bernard Lévy pour l’inauguration, le nouveau ministre chilien de l’énergie, Andrés Rebolledo, assure avec enthousiasme vouloir faire de son pays "El Capitale del solar in America". Le président d’EDF applaudit des deux mains en assurant "avoir fait du Chili une priorité en raison de ses qualités économiques et politiques". Le système d’enchères lancé dans le pays depuis trois ans pour ouvrir le marché de l’électricité à la concurrence est loué par les équipes d’EDF qui souligne sa transparence et sa visibilité.

Cette stabilité a permis à EDF de lancer ce projet de 300 millions d’euros en partenariat avec le japonais Marubeni. Résultat : en 16 mois est sorti de terre un champ de 545 hectares comptant 475 000 panneaux fournis par les fabricants Canadian solar et Jinko. Le chantier ne fut pas une sinécure. En longeant les préfabriqués autour du site, Simone Rossi, directeur international d’EDF, rappelle que le chantier a accueilli 280 employés en moyenne avec un pic à 500. Une main d’œuvre qui a nécessité de bâtir une grande base vie au milieu du désert.

Mais le jeu en vaut la chandelle. "Le dessert d’Atacama est l’eldorado du solaire", assure Bruno Fyot, directeur général délégué d’EDF Energie Nouvelle, en contemplant l’immense champ depuis un point haut qui le surplombe. Il énumère alors les avantages. Le parc a été construit sur un plateau à 1700 mètres. Cette altitude, couplée à une atmosphère très pure, fait du désert d’Atacama le site avec le meilleur taux d’irradiation au monde. De plus, le climat très sec mais pas trop chaud (17 degrés en moyenne) est un avantage car, au-delà de 20 degrés, les panneaux photovoltaïques perdent en rendement. Enfin, la zone est venteuse, ce qui participe au refroidissement des installations. Ainsi, les panneaux produisent en moyenne pendant 30 à 35 % du temps, un taux impressionnant par rapport aux champs dans le sud de la France (15%).

Le Chili compte aujourd’hui 865MW de solaire et 908 MW d’éolien. Cette production en pleine croissance est entièrement localisée dans le nord sur pays alors que les grandes zones d’habitation sont dans le sud. Pourtant l’électricité devrait trouver preneur auprès de multiples mines de cuivre de la région. 30% du cuivre mondial est extrait du Chili. La centrale D’EDF et, par exemple, situé à quelques kilomètres d’un immense site d’extraction de l’industriel Glencore.

En fin d’inauguration, Jean Bernard Lévy retourne dans un hélicoptère. Direction l’aéroport pour rejoindre Santiago où il doit s’entretenir avec la présidente Michèle Bachelet. Le dirigeant n’entend pas en rester là. Trois autres projets occupent déjà son esprit. L’un est un champ éolien de Cabochon Leone dans le désert qui comptera 55 turbines pour 115 MW. Le deuxième est un parc solaire à Santiago pour la même puissance grâce à 370 000 modules photovoltaïques. Le troisième est un projet gazier dans la baie de Conception couplant un terminal flottant de gazéification pour recevoir des chargements de gaz naturel liquéfié couplé à une centrale électrique combiné gaz de 600 MW. Un projet majeur pour le sud pays qui se chauffe encore au bois, au fioul et au charbon.  

D'ici deux ans, l’électricien français devrait compter plus d’1 GW de puissance installée dans le pays, à travers 2 milliards d’euros d’investissements dont 600 millions financés directement par l’entreprise française. A en croire Bruno Fyot, le Chili n’est qu’un exemple parmi tant d’autres : "Nous avons identifié 20 pays. Huit prioritaires (États-Unis, Chine, Inde, Royaume-Uni, France, Brésil, Turquie, Italie) et 12 autres pays d’intérêt dont le Chili". Dans le cadre de son plan stratégique Cap 2030, EDF vise un triplement de son activité hors de France. "Les opportunités au Chili y participeront", assure Jean-Bernard Lévy, juste avant de décoller.

Au Chili, Ludovic Dupin

Source : www.usinenouvelle.com

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés