Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Solaire - Top départ du chantier du futur bâtiment photovoltaïque

Article original - Publication : 19/11/2016 - imprimer

Un rayon de soleil pour les agriculteurs

Si la période est difficile pour l'agriculture, les exploitants éleveurs se donnent les moyens de rebondir.
 

C'est ainsi qu'en 2015, un groupe d'agriculteurs, à l'initiative de Fabienne Cardot, adjointe au maire de Corbigny et directrice performance des centrales de production EDF, créent la SAS 58 solaire, avec l'appui de la Chambre d'agriculture de la Nièvre, et notamment le soutien d'Étienne Bourgy et de son président Éric Bertrand. La Chambre d'Agriculture accompagne le groupe d'agriculteurs dans les démarches administratives et le fonctionnement de la toute nouvelle société par actions simplifiées.

Même plan pour tout le monde
 

L'objectif de cette dernière est de construire quatorze bâtiments agricoles, dotés de panneaux photovoltaïques. Les avantages d'une telle construction, avec un seul et même type de plan (seule la longueur varie en fonction des besoins) et l'utilisation de l'énergie solaire, permettent de financer une partie de la construction par la vente d'électricité à EDF. Un contrat signé pour vingt ans avec le fournisseur d'énergie, qui pourrait se prolonger puisque la garantie de production des panneaux est de vingt-cinq ans et que ces derniers ont une durée de vie en moyenne de quarante ans. « La revente de l'électricité va financer les fondations, la structure sur trois côtés, l'installation des panneaux photovoltaïques et le raccordement à EDF. Le terrassement et l'aménagement du bâtiment restent à notre charge », explique Nicolas Péchery, vice-président de la société et premier bénéficiaire de cette nouvelle façon d'investir dans des bâtiments agricoles.
 

Le lendemain, les travaux ont démarré sur son exploitation, réalisés par l'entreprise Viano BTP de l'Indre. Car le projet de doter les agriculteurs de ces nouveaux bâtiments ne s'arrête pas aux frontières du département, mais s'étend aussi sur l'Indre, l'Allier, le Cher, la Vienne, et ce sur trente ans, comme le précise Fabienne Cardot.
 

Dans deux mois, le hangar de stockage de 1.035 m² sur l'exploitation de Nicolas Péchery devrait être terminé et il est prévu que les quatorze bâtiments soient construits pour le début de l'été 2017. « En plus d'être un projet décentralisé, local, il est aussi profitable pour l'environnement. Ce n'est que du bonheur », précise Fabienne Cardot, qui ajoute : « C'est aussi le moyen d'apporter une valeur ajoutée aux agriculteurs dans une période de crise ». Le monde agricole aspire à vivre du produit de son labeur et il ne lui est pas toujours facile de s'en donner les moyens.

Puisque « l'union fait la force », le trio de départ, épaulé par Fabienne Cardot, Étienne Bourgy et le président de la Chambre d'agriculture du département, croit en l'avenir de la SAS 58 solaire pour aider les agriculteurs et en même temps contribuer à la protection de l'environnement. Avec les éoliennes en toile de fond de l'exploitation de Nicolas Péchery, pour la première pierre du projet, l'ensemble des facteurs étaient réunis pour que les travaux donnent toute satisfaction. Fabienne Cardot a noté, toutefois, « que le prix du bâtiment à panneaux photovoltaïques est un peu plus onéreux qu'une construction traditionnelle, mais grâce à la vente du courant le bâtiment sera financé en vingt ans », temps équivalent à la durée du contrat avec EDF. De plus, les partenaires de la SAS 58 solaire œuvrent, eux aussi, à la réussite du projet.

Énergie verte

Fabienne Cardot a salué le travail réalisé. « Il y a un modèle économique qui est au point et je souhaite, en tant qu'élue, que d'autres agriculteurs puissent en profiter », a noté l'élue. « C'est une manière économique d'avoir des bâtiments, produits localement – l'entreprise de fabrication des panneaux photovoltaïques est implantée à Bourgoin-Jailleu, en région Rhône-Alpes et la structure des bâtiments est fabriquée par une entreprise de la Creuse – en utilisant une énergie verte. C'est donc un projet bénéficiaire pour l'agriculteur, la collectivité et la planète. »

Deux chiffres. Deux stabulations et douze hangars de stockage composent les quatorze bâtiments qui sortiront de terre.

Anne Magnard

Source : www.lejdc.fr

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés