Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Parc photovoltaïque, le courant passe avec les habitants

Article original - Publication : 20/09/2016 - imprimer
Quelque 70 personnes ont participé à la réunion, dimanche./Photo DDM, Lae. B.

Quelque 70 personnes ont participé à la réunion, dimanche./Photo DDM, Lae. B.

Visiblement le projet de parc photovoltaïque à Brengues suscite de l'intérêt. Dans la salle communale, dimanche matin, le maire Jean-Luc Vallet a accueilli près de 70 personnes pour leur présenter cette initiative portée par l'association locale CéléWatt. La rencontre s'achevait même une heure plus tard sous des applaudissements et en partageant le verre de l'amitié.

Lors de cette réunion publique, Jean-Luc Vallet, et Bertrand Delpeuch pour CéléWatt, précisaient : «Nous avons peu communiqué jusqu'alors car d'une idée à un projet, il y a une grande différence. Encore aujourd'hui, la faisabilité n'est pas acquise. Le point de départ était de faire quelque chose pour le développement durable en créant du lien avec les habitants. L'idée d'une grappe de 7 à 8 parcs photovoltaïques citoyens en vallée du Célé s'est précisée. C'est notre façon de lutter contre l'énergie atomique».

Philippe Bagreaux intervenait ensuite pour présenter l'aspect technique : «Ce parc serait d'une puissance maximale de 250kWc, soit la couverture des besoins en électricité de 200 à 300 habitants. Il compterait 900 panneaux alignés en trois à quatre rangées sur 1 ha de terrain municipal en friches, route de Fourques, dissimulé derrière un rideau d'arbres».

Abordant l'aspect financier de cet investissement d'une durée de vie de 25 ans minimum, Dominique Guérré expliquait : «C'est une opération de 300 000 € à financer par 140 000 € d'épargne citoyenne (en capital non rémunéré ou en titre participatif rémunéré à 3 % environ), une aide de la région plafonnée à 100 000 € (1 € versé pour 1 € de participation, conditionnée à différents critères) et par emprunt. Le chiffre d'affaires annuel serait de 30 000 €, avec un excédent brut à redistribuer». La taxe sur la production d'énergie renouvelable reversée à la commune serait de 1500 à 1600€/an.

Dans l'assistance, les questions sur le démantèlement en fin de vie du parc, le recyclage des panneaux, les prix de rachat de l'électricité, les impacts et effets des champs électromagnétiques sur la santé, ont toutes trouvé une réponse. Le président du conseil d'administration d'Enercoop Midi-Pyrénées a d'ailleurs répondu à plusieurs d'entre elles. Ce réseau national de sociétés coopératives rachète l'électricité produite à partir d'énergies renouvelables.

Mais comme l'a rappelé le maire : «La faisabilité du projet dépend du coût de raccordement sur le réseau d'Enedis (de 30 000 à 60 000 €) et du soutien obtenu de la région Occitanie». Réponses attendues en novembre.

contact @celewatt.fr ou [email protected]

Comment s'impliquer ?

Dès la faisabilité du projet connue, CéléWatt fera place à une société coopérative. Une campagne de communication fera alors appel aux citoyens. Le projet n'est pas réservé qu'aux Brenguois.

D'autres maires de la vallée y réfléchissent…

Le maire de Corn, Dominique Legresy, glisse : «Je trouve la démarche intéressante, nous l'avons relayée dans notre bulletin municipal. Il faut voir à notre niveau ce qu'il est possible de faire, mais Corn n'est pas partie prenante pour l'instant». Martine Bénet-Bagréaux, maire d'Espagnac-Sainte-Eulalie, dit : «J'en entends parler tous les jours par mon mari, Philippe Bagréaux (membre de CéléWatt), mais pour l'instant nous nous contentons à Espagnac d'héberger le siège social de l'association CéléWatt».

Source : www.ladepeche.fr

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés