Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Meyer Burger va biffer 80 emplois en Suisse

Article original - Publication : 29/09/2016 - imprimer

L’industrie suisse va encore perdre 80 emplois. Cette fois-ci, l’ajustement a lieu dans le domaine du photovoltaïque. Jeudi, Meyer Burger a annoncé un plan de restructuration. Celui-ci coûtera sa place à un sixième des effectifs, d’ici la fin de l’année. Soit 250 employés, dont environ un tiers en Suisse, sur les quelque 1500 que compte le groupe au niveau mondial.

La procédure de consultation débute ce jeudi avec les représentants des employés. Autant que possible, assure le groupe dans un communiqué, les suppressions de postes se feront sur la base de départs naturels et de retraites anticipées. Mais Meyer Burger ne laisse pas planer le doute: des licenciements sont inévitables. Les charges de restructuration sont devisées à 3 ou 4 millions de francs.

Le plan de restructuration a été bien accueilli par les investisseurs. L’action du groupe a gagné 1,19% à la bourse suisse jeudi. Pour l’analyste Michael Foeth, de la banque Vontobel, cette mesure «n’est pas le reflet d’une détérioration des conditions de marché» car la demande tient bon. La preuve: à la fin du premier semestre, le chiffre d’affaires de Meyer Burger a atteint 218 millions de francs, soit 75% de plus qu’il y a un an.

Au niveau global, le secteur du photovoltaïque est en nette croissance. Même si un nuage assombrit le tableau. Les prix, et donc les marges du secteur, sont sous pression «Le marché est à nouveau en proie à une situation de surproduction», prévient David Stickelberger, directeur de l’association Swissolar. Du coup, «les investissements dans de nouveaux équipements risquent d’être limités».

Un objectif clair: la rentabilité

Meyer Burger est d’abord un producteur de machines de découpe et de montage de panneaux photovoltaïques. Son objectif est clair: devenir plus rentable – économiser 50 millions de francs. «Nous devons emmener la société vers une profitabilité à long terme, explique le patron du groupe Peter Pauli. Il faut devenir plus efficace, plus flexible et se concentrer encore plus sur le segment haut de gamme du photovoltaïque».

Cette nouvelle restructuration est une suite d’une longue série. Entre 2011 et 2015, les effectifs de Meyer Burger ont presque diminué de moitié. Ses charges d’exploitation ont ainsi été réduites d’un tiers, à 201 millions. Malgré tout, la société basée à Thoune a régulièrement enregistré des pertes, ces dernières années. A fin juin, sa perte nette s’élevait à 26 millions de francs, contre 93 millions à fin juin 2015.

Lire aussi: A Neuchâtel se lève le solaire de demain

Source : www.letemps.ch

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés