Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Le parc photovoltaïque au sol verra-t-il bientôt le jour ?

Article original - Publication : 19/08/2016 - imprimer
C'est au bout de ce chemin que serait installé le parc photovoltaïque si le projet était validé./DDM, R.G.

C'est au bout de ce chemin que serait installé le parc photovoltaïque si le projet était validé./DDM, R.G.

Depuis le 6 juillet, Rodez agglomération fait officiellement partie des trente territoires «à énergie positive pour la croissance verte». Cette labellisation, attribuée par le ministère de l'Environnement, est venue louer les efforts entrepris en faveur de la transition énergétique et favoriser ceux à venir, notamment par le biais du versement d'une subvention qui, dans le cas présent, s'élèvera à deux millions d'euros.

Si elle a suscité la satisfaction auprès des élus de l'agglomération, cette annonce a provoqué un sentiment se rapprochant plutôt de l'incompréhension chez un habitant de l'une des communes concernées, en la personne d'Alain Tournier, représentant du groupement foncier agricole de Landrevier, lieu-dit de la commune de Sainte-Radegonde. Depuis dix ans, l'intéressé tente d'obtenir le droit de construire un parc photovoltaïque au sol sur dix des cent dix hectares dont il est propriétaire. Une démarche de longue haleine qui s'est révélée infructueuse jusqu'à présent.

«J'avais gardé cette surface au moment où j'avais cédé la ferme à un jeune agriculteur, en 2013, sous forme d'un bail de trente-cinq ans, explique-t-il. J'aurais pu tout vendre, notamment à des acheteurs étrangers, mais j'ai fait ce choix-là car je pensais que le projet serait validé. En l'état, cette parcelle n'est pas d'une qualité suffisamment bonne pour être exploitée, et grâce au parc photovoltaïque, elle aurait pu rapporter quelque chose.»

Questions et détermination

Initialement confiant quant à l'évolution du dossier, étant donné qu'il associe diversification d'activité et développement durable, le septuagénaire s'est petit à petit rendu compte que le processus ne serait pas un long fleuve tranquille.

«Je ne comprends pas et j'ai parfois le sentiment de me heurter à des refus de principe alors que j'ai élaboré le projet en respectant le cadre légal, poursuit-il. Je me pose des questions, notamment quand je vois qu'il y a des parcs photovoltaïques dans le Tarn, dans le Lot, mais pas dans l'Aveyron.»

Compte tenu de la décision du ministère, Alain Tournier espère que les choses vont évoluer en sa faveur et a situé la première échéance au dernier trimestre 2016, période au cours de laquelle le plan local d'urbanisme sera revu. C'est en effet dans ce cadre que les dix hectares pourraient faire l'objet d'une procédure de zonage spécifique, condition sine qua non pour accueillir, par la suite, les panneaux photovoltaïques.

«J'espère que cette labellisation correspond à une volonté réelle des élus de s'inscrire dans une démarche de développement durable et à une prise de conscience de leur part qu'il faut aller vers une autre forme de société, avec une visibilité à plus long terme, conclut le retraité. Je suis ouvert au dialogue, avec de vrais arguments, et déterminé à ce que les choses avancent.»

Source : www.ladepeche.fr

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés