Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Depuis août 2015, le soleil luit sur Palexpo pour rien

Article original - Publication : 12/08/2016 - imprimer
La centrale solaire de Palexpo sera remise en état dès septembre.

La centrale solaire de Palexpo sera remise en état dès septembre. Image: PATRICK GILLIERON LOPRENO

Depuis un an, la centrale solaire située sur le toit de Palexpo ne produit plus le moindre kilowattheure d’électricité. La faute à l’incendie qui s’est déclaré le 8 août 2015 dans un local technique, et qui avait jeté un doute sur la sécurité de l’installation photovoltaïque appartenant aux Services industriels de Genève (SIG). Celle-ci est à l’arrêt depuis lors, ainsi que d’autres centrales solaires des SIG, fermées par précaution.

La mise hors service était censée durer jusqu’à ce que la cause du sinistre soit identifiée. Est-ce à dire que ce n’est toujours pas le cas? «Plusieurs enquêtes internes et externes ont eu lieu, entre autres celle de l’Office fédéral de l’énergie, explique le directeur général des SIG, Christian Brunier. C’est la procédure habituelle. La police judiciaire a aussi enquêté, ce qui a rapidement permis d’écarter l’hypothèse d’une malveillance.» La foudre, un temps évoquée, a également pu être rayée de la liste des suspects.

«La faute à pas de chance»

Finalement, la cause est une surchauffe d’appareils électriques. Mais la raison de cette surchauffe ne semble toujours pas claire. «Tous les experts sont d’accord pour dire que c’est la faute à pas de chance, confie Christian Brunier. La centrale solaire de Palexpo, comme toutes nos autres centrales, respectait les normes de sécurité. Elle avait été contrôlée et homologuée par les autorités compétentes avant sa mise en service, notamment par l’Inspection fédérale des installations à courant fort (ESTI). Si ce n’avait pas été le cas, notre assurance ne serait pas entrée en matière.» Les assureurs ont mené leur propre enquête, avant de lancer la procédure de remboursement.

Tout cela a pris du temps. Les SIG en ont profité pour mener des études en vue de moderniser les équipements endommagés, car la technologie a beaucoup évolué depuis la construction de la centrale en 2012. Un système de commande à distance pour couper instantanément le courant de tous les panneaux solaires sera notamment intégré. Son absence avait retardé l’intervention des pompiers, qui risquent de s’électrocuter s’ils aspergent d’eau des installations où passe encore du courant électrique. «A l’époque de la construction de la centrale, ces systèmes de télécommande étaient relativement nouveaux et pas complètement fiables, justifie Christian Brunier. Nos ingénieurs ont suivi les recommandations de l’Association des établissements cantonaux d’assurance incendie (AEAI), qui déconseillait de les utiliser car ils n’offraient pas une garantie totale de sécurité pour les pompiers.»

Les travaux de remise en état vont enfin pouvoir démarrer en septembre. Toute la partie technique (hors panneaux photovoltaïques) sera refaite, parce qu’elle est de la même conception que les équipements qui ont brûlé. La remise en service est prévue pour novembre. La perte de production de courant durant ce long intervalle de plus d’un an devrait représenter un manque à gagner d’environ 1,5 million de francs pour les SIG.

Remise à niveau générale

Par précaution, la régie avait aussi fermé 14 de ses 37 centrales solaires suite à l’incendie de Palexpo, notamment celles à proximité d’habitations. Elles ont été contrôlées et leur niveau de sécurité a été comparé à celui d’autres installations suisses, françaises et allemandes. Cet examen n’a rien révélé d’important, mais huit autres centrales sont encore hors service pour une remise à niveau.

Un mois après l’incendie de Palexpo, une autre centrale photovoltaïque avait pris feu aux Acacias. Mais pour l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), ces incidents exceptionnels en Suisse ne remettent pas en cause l’énergie solaire, puisque selon une étude, le risque qu’une centrale photovoltaïque déclenche un incendie est de 0,00003% par an. Soit deux cents fois plus faible que celui d’avoir une crevaison en voiture.

(TDG)(Créé: 10.08.2016, 19h24)
Source : www.tdg.ch

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés