Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Solar Impulse 2, un défi en images

Article original - Publication : 26/07/2016 - imprimer

© Solar Impulse Solar Impulse est un projet conçu par Bertrand Piccard et André Borschberg, à l'École polytechnique fédérale de Lausanne et débuté en 2003.

Leur objectif : faire voler un avion, de jour comme de nuit, sans carburant et sans émission polluante.

Après plusieurs phases d'essais et un second appareil, baptisé Solar Impulse 2, Bertrand Piccard et André Borschberg entreprennent un tour du monde, qui débute le 9 mars 2015.

© Solar Impulse Au lieu d'utiliser du carburant classique, Solar Impulse 2 prend son énergie du soleil. Il est, dans cette optique, équipé d'immenses ailes dont la surface est recouverte de panneaux photovoltaïques.

© Solar Impulse Au total, ce ne sont pas moins de 17 000 cellules qui sont ainsi disposées sur les ailes, pour une surface de près de 270 m².

Elles peuvent récolter jusqu'à 340 kWh par jour, une énergie stockée pour être utilisée durant les vols de nuit.

© Solar Impulse Les batteries prévues pour accumuler cette énergie disposent d'une densité optimisée de 260 Wh / kg : les ingénieurs ont du travailler pour établir le meilleur compromis entre capacité et poids, puisque Solar Impulse 2 se devait d'être très léger.

© Solar Impulse Ces batteries alimentent quatre moteurs de 17,5 chevaux chacun. Pas de quoi battre des records de vitesse bien sûr : Solar Impulse 2 a bouclé son tour du monde à 75 km/h de moyenne.

Mais là encore, tout a été pensé pour générer le meilleur rendement possible, de la vitesse de rotation à l'altitude à laquelle il fallait voler le jour ou la nuit.

© Solar Impulse Comme nous le disions juste avant, Solar Impulse 2 se devait d'être le plus léger possible, malgré son impressionnante envergure.

Au total, et malgré les près de 650 kg de batterie, l'appareil ne pèse que 2 300 kg. Pour parvenir à cette prouesse, les ingénieurs ont utilisé un matériau extrêmement léger : la fibre de carbone.

En optant pour une structure alvéolée (et s'inspirant des nids d'abeilles), les ingénieurs sont parvenus à réduire la densité à seulement 25 grammes par mètre carré.

© Solar Impulse Si le défi technique était très important, il ne l'était pas moins pour les deux pilotes. Pour réduire les coûts, la cabine n'était ni pressurisé, ni chauffé.

Durant le vol, la condition physique de Bertrand Picard et André Borschberg a donc été mise à rude épreuve : ils ont été contraints de porter à masque en permanence et des vêtements qui réduisaient leur mobilité.

© Solar Impulse La faible pression qui régnait au sein du cockpit les obligeait régulièrement à quelques exercices, sans lesquels leur sang ne pouvait circuler de manière efficace.

© Solar Impulse De même, les pilotes étaient particulièrement sollicités du point de vue de leur vigilance, particulièrement la nuit : bardés de capteurs, ils étaient étroitement surveillés par les équipes au sol.

© Solar Impulse Solar Impulse 2 est, dans ces conditions inédites, et grâce à ses technologies innovantes, parvenu à parcourir quelque 40 000 km sans une goutte de carburant.

© Solar Impulse Malgré une avarie au niveau des batteries qui clou l'avion au sol durant 9 mois, l'expérience est extrêmement concluante pour le programme, qui boucle finalement son tour du monde en 25 jours de vol effectif.

© Solar Impulse Les deux pilotes peuvent savourer la fin de ce périple, qui marquera sans nul doute non pas l'histoire de l'aviation, mais celle de la technologie.

Source : www.clubic.com

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés