Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Quand un immeuble devient une mini-centrale électrique

Article original - Publication : 08/07/2016 - imprimer
Situé à Brütten (ZH), cet immeuble locatif est 100% autarcique au plan énergétique.?

Situé à Brütten (ZH), cet immeuble locatif est 100% autarcique au plan énergétique.? Image: DR

Plantée dans la campagne zurichoise, à quelques kilomètres de Winterthour, la paisible bourgade de Brütten n’avait pas pour habitude de faire parler d’elle. C’était avant que le constructeur immobilier Walter Schmid décide, il y a quelques années, d’y construire un immeuble locatif «100% autarcique» au plan énergétique. «Le premier au monde», affirme-t-il. Début juin, après une année de travaux environ, Doris Leuthard et quelque 200 invités ont inauguré en grande pompe ce projet «pionnier». «A Brütten, l’avenir a été construit», s’est réjoui la ministre de l’Energie avant de procéder au couper de ruban – un cordon électrique pour l’occasion.

Dépourvu de tout raccordement à un fournisseur d’électricité, de gaz ou de mazout, l’immeuble de neuf appartements puise dans le soleil sa seule source d’énergie. Le toit a été recouvert de panneaux photovoltaïques tandis que des capteurs solaires habillent les façades. Mais ces derniers ont été spécialement conçus pour être le plus discrets possible. Non réfléchissants, ils donnent une apparence boisée à l’ouvrage, qui ne se distingue pas visuellement d’un autre bâtiment d’habitation moderne.

Système de stockage

C’est en sous-sol que se situe la pièce maîtresse de cette «minicentrale électrique», comme la surnomment ses concepteurs. Des batteries et un réservoir d’hydrogène permettent de stocker l’énergie solaire jusqu’à trente jours. «Dans un bâtiment auto­nome classique, sans possibilité de stockage, il y a un surplus d’énergie lorsqu’il y a du soleil et un manque la nuit ou en hiver. Grâce à ce système de stockage, on peut conserver le surplus. Les locataires n’auront pas à se rationner tout au long de l’année et personne n’aura froid en hiver», assure Jörg Sigrist, directeur de la plate-forme d’exposition de projets écologiques Umwelt Arena, qui a piloté le projet.

C’est son fondateur, Walter Schmid, qui en a eu l’idée, inspiré par les exploits de Solar Impulse: si Bertrand Piccard peut parcourir le monde à l’aide d’un avion solai­re, il devait être possible de bâtir une maison qui ne fait appel à aucune énergie fossile. Relever le défi a coûté 6 millions de francs – dont 800?000 pour les amé­nagements «autarciques» et environ 700?000 pour le système de stockage. Le tout a été financé par des investisseurs privés et grâce à un emprunt bancaire.

Bonus-malus

Quel loyer pour vivre dans cette prouesse technologique? Un appartement de 4,5 pièces est loué 2500 francs, soit au prix du marché, indique Jörg Sigrist. Qui rappelle qu’il n’y a pas de facture d’électricité à payer à la fin du mois. La perspective a séduit. Tous les appartements ont trouvé preneur. Les locataires ont emménagé en juin. «Nous souhaitons que nos enfants soient sensibilisés au respect de l’environnement. Et l’appartement nous a vraiment plu», dit Corinne Vogt, qui habite là avec son mari et ses deux enfants.

«Nous souhaitons que nos enfants soient sensibilisés au respect de l’environnement»

Umwelt Arena se félicite en effet de ne pas avoir sacrifié le confort au nom du respect de la planète. Une visite guidée a été organisée pour le prouver. Elle commence dans le parking, où deux voitures – électrique et à biogaz – seront à disposition en car sharing. Sous les toits, l’appartement présenté aux invités ressemble à un logement moderne plutôt luxueux. Tout a été conçu pour qu’il soit le plus «vert» possible. Les appareils ménagers les plus efficients ont été choisis. Les locataires auront la possibilité de faire appel à un «conseiller énergie» pour les guider dans une consommation raisonnable de l’électricité.

Sur le mur du salon, un panneau électrique permettra d’ail­leurs de se surveiller. Car, si les locataires n’ont a priori pas à se priver, ils sont encouragés à utiliser l’électricité de manière raisonnable. Un système de bonus-malus a été mis au point: si un foyer dépasse son budget électricité, il devra payer une surtaxe. A l’inverse, il recevra de l’argent s’il ne dépasse pas le seuil prescrit. (TDG)

(Créé: 04.07.2016, 18h00)
Source : www.tdg.ch

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés