Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Photovoltaïque : les PME dans la course aux appels d'offres

Article original - Publication : 29/07/2016 - imprimer

La chasse aux toitures et ombrières est ouverte ! Ces surfaces a priori infertiles intéressent fortement la filière photovoltaïque, en pleine ébullition depuis l'annonce, par le ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, de la publication imminente de nouveaux appels d'offres en vue de porter, d'ici 2023, la production d'énergie radiative du soleil à 20,2 mégawatts (MW).

Du coup, les PME sont en pleine prospection, alors qu'elles ont jusqu'au 21 juillet pour répondre à un appel d'offres en cours concernant des unités capables de produire entre 100 et 250 kW. "On bosse à fond pour obtenir les titres de propriétés, signer les baux", témoigne Xavier Blanc, le fondateur de Provence éco énergie, filiale du groupe Provence matériaux qui emploie 15 salariés à Saint-Andiol. La PME fait partie de celles qui ont "survécu" après 2010, lorsque les aides publiques ont fondu et les prix au kwh se sont effondrés. "Aujourd'hui, on est à 13 cents contre 60 au départ", ajoute le patron pour qui cette crise a toutefois eu le mérite d'assainir un marché où tous les acteurs n'étaient pas solides. "Aujourd'hui, j'ai ouvert deux succursales à Hyères et Montpellier pour assurer la maintenance de sites orphelins parce que les installateurs ont disparu entre-temps."

Mais, désormais, la filière semble avoir retrouvé du poil de la bête. D'abord grâce à la baisse des coûts de revient, et surtout des économies d'échelle, avec des surfaces de production toujours plus grandes. Du coup, l'énergie photovoltaïque est aujourd'hui très compétitive. "Nous sommes entre 10 et 12 centimes du kilowatt-heure (kWh) contre 16 centimes pour celle vendue par EDF", souligne Richard Ledoyen, le délégué général d'Enerplan.

"Les appels d'offres permettent de structurer les filières" 

Le syndicat national de la profession implanté à La Ciotat a d'ailleurs été consulté par l'État pour l'élaboration des cahiers des charges des trois nouveaux appels d'offres, qui doivent être bientôt publiés. Le premier portera sur des installations d'une capacité d'un gigawatt (GW) par an, mais surtout sera pluriannuel, sur une durée de 6 ans. "Cela va donner de la visibilité aux entreprises, ce qui leur manquait jusqu'à présent", ajoute le responsable pour qui le paradigme de l'énergie est en train de changer.

C'est le pari de Cap vert Énergie, PME marseillaise fondée par Pierre de Froidefond, Hervé Lucas et Christophe Caille, qui vient d'inaugurer à Port-Saint- Louis-du-Rhône 5 hectares de toit solaire sur le terminal Méditourbe. En mars, l'entreprise qui exploite déjà depuis Marseille une centaine de sites en France, a vu 34 des 35 projets qu'elle avait présentés lauréats de la précédente vague d'appel d'offres lancée par l'État. Elle aussi attend avec impatience les nouveaux cahiers des charges. "On en est à la 43e version !" pointe Pierre de Froidefond.

Mais qu'importe, cette nouvelle période va révolutionner le monde du photovoltaïque : désormais, les producteurs qui jusque-là devaient respecter un prix fixé par l'État, pourront vendre en direct sur le marché de l'énergie, et bénéficieront d'une prime de compensation dont le montant sera fixé à l'avance dans leur proposition.

Autoconsommation

Un nouveau fonctionnement annonciateur d'une montée en puissance du photovoltaïque dans la consommation d'énergie, puisque simultanément, un appel d'offres portant sur l'autoconsommation sera lancé d'ici peu. "Ce sera la grosse nouveauté de cet été, qui sortira avant la mi-août puisque cela devait intervenir un an maximum après le vote de la loi sur la transition énergétique, entérinée le 17 août 2015", précise Richard Ledoyen d'Enerplan.

Cette nouvelle donne devrait stimuler un peu plus la filière, et en particulier les PME comme celles de Xavier Blanc, qui se prépare déjà à multiplier les installations chez les particuliers. "Un panneau d'1m sur 1,70 m produit 270 W, et en le branchant sur une prise vous injectez directement 270 W dans votre maison !" prédit le chef d'entreprise.

Du coup, après la baisse des coûts de fabrication des panneaux, le prochain défi est celui de l'amélioration du stockage, sur laquelle travaillent de nombreux service de Recherche et Développement. "De grands groupes s'y intéressent, il y a une course mondiale", ajoute Richard Ledoyen qui parie sur une généralisation du photovoltaïque grâce à la compétitivité de ses prix. L'énergie solaire sortirait alors de la niche de consommation verte où elle est aujourd'hui enfermée. "Les appels d'offres permettent de structurer les filières, c'est aussi un facteur de baisse de coût", analyse Xavier Pinon, gérant du comparateur Sélectra. Le mécanisme semble fonctionner.

Le témoignage de Michel Derdevet, secrétaire général d'Enedis

"Raccorder 350 000 sites décentralisés au réseau"

Photovoltaïque : les PME dans la course aux appels d'offres - 2

Les producteurs d'énergie photovoltaïque vont être tributaires d'Enedis (ex-ERDF) chargé de la distribution. "Aujourd'hui le facteur déterminant pour l'implantation d'un projet est le coût de raccordement au réseau", explique Richard Loyen d'Enerplan. Une cartographie des frais de raccordement devrait d'ailleurs être prochainement mise en ligne, qui permettra aux PME de cibler leurs investissements. Michel Derdevet, secrétaire général d'Enedis, répond à nos questions.

Comment prendre le virage de la transition énergétique ?
Notre réseau au départ était descendant, mais aujourd'hui, avec la collecte de l'énergie renouvelable, partout où elle est produite, c'est l'inverse ! Il faut partir de 350 000 sites décentralisés de photovoltaïque ou d'éolien et être en situation de raccorder tous les nouveaux moyens de production, quel que soit le lieu. Il faut à la fois penser les villes de demain, avec une qualité de distribution, et en même temps aller rechercher l'énergie renouvelable là où elle est dans les territoires, donc plutôt en milieu rural. C'est une formidable mission d'aménageur du territoire pour une entreprise qui est à la fois nationale et locale.

C'est une nouvelle décentralisation ?
Il y a un changement de paradigme, une montée des territoires. Les collectivités souhaitent aujourd'hui être des éléments actifs de la politique énergétique. Aujourd'hui, les mairies, les régions, les communautés de communes n'ont pas envie de laisser le sujet traité par Paris. Quand le débat national sur la transition énergétique a été lancé, on parlait de 212 territoires à énergie positive à aider. Aujourd'hui, on est à 400.

L'autoconsommation est-elle un défi ?
Il y aura, demain, de plus en plus de gens qui vont la développer même si aujourd'hui c'est marginal, quelques pour cents seulement. Le réseau ne doit pas être un obstacle. Mais si l'autoconsommateur peut injecter quand il le souhaite l'électricité qu'il ne consomme pas à des prix intéressants et soutire du réseau ce dont il a besoin quand il veut, le système est déséquilibré. Ces équilibres méritent d'être pensés pour qu'en terme de tarification et de bouclage économique ce soit satisfaisant. C'est un des gros chantiers à venir.

Les repères

Désamiantage. Les PME comme celle de Xavier Blanc proposent de faire d'une pierre deux coups ; désamianter une toiture puis y installer des panneaux photovoltaïques. Les entreprises concluent ensuite un bail, le plus souvent de 30 ans, pour exploiter ce type de ferme. Les agriculteurs et les industriels sont très intéressés.

650 %. C'est le taux de hausse de la CSPE (contribution au service public de l'électricité) qui finance notamment les énergies vertes depuis 2002 selon Sélectra ; elle est ainsi passée de 3 euros par mWh à 22,5 euros aujourd'hui.

Made in Europe. C'est là que sont de plus en plus fabriqués aujourd'hui les panneaux solaires, et même en France, l'empreinte carbone de ces matériels étant prise en compte dans la réponse des entreprises aux appels d'offres. Leur coût a en outre baissé : dans le projet Meditourbe, les modules n'ont représenté que 24 % de l'investissement total de 15 M€.

Source : www.laprovence.com

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés