Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Escroquerie de plus de 150.000 € dans les panneaux photovoltaïques

Par : Sarah Rasujew - Article original - Publication : 08/07/2016 - imprimer

Sarah Rasujew Publié le - Mis à jour le

Société Le gérant a utilisé l’argent de ses clients pour payer des dettes de poker au lieu d’acheter la marchandise.

Daniel, 51 ans, un gérant d’une société de panneaux photovoltaïques, a écopé de 18 mois de prison, avec sursis pour la moitié de la peine, pour des escroqueries au détriment de ses clients. Des détournements qui s’élèvent à plus de 150.000 euros !

En 2005, Daniel a découvert le poker. Il a pratiqué ce jeu avec succès, puisqu’il a même participé à des tournois internationaux. Il a par la suite investi ses gains dans un projet de création d’une room poker en Afrique du Sud. Le projet s’est révélé être un échec et l’a laissé fortement endetté.

Le 1er octobre 2011, il a créé avec sa compagne une société dont l’objet social était, au départ, de vendre des produits alimentaires sous vide. Mais, fin 2011, il s’est reconverti dans le secteur de l’énergie photovoltaïque qui était alors en plein essor.

Selon Daniel, l’activité a connu des débuts prometteurs, avec environ 25 à 30 installations réalisées jusqu’en mars 2013 dans toute la province de Liège. À ce moment, le marché se serait effondré en raison du changement de réglementation qui rendait beaucoup moins avantageux le placement de panneaux photovoltaïques. Plusieurs clients ont ensuite déposé plainte pour avoir payé des travaux qui n’ont jamais été exécutés.

La société a été déclarée en faillite en mars 2014. Le curateur a constaté que la société n’avait aucune comptabilité et n’était même pas immatriculée à la TVA ! Entre janvier 2012 et septembre 2013, les retraits personnels se sont élevés à 262.897,54 €.

Entendu, Daniel a expliqué qu’il avait retiré cet argent pour payer ses dettes antérieures. Les retraits représentaient 75 % du chiffre d’affaires de la société. Le tribunal correctionnel de Liège a estimé établi les abus de biens sociaux, les escroqueries et abus de confiance, mais aussi les infractions comptables. Daniel a écopé d’une interdiction de commercialité de 5 ans. Sa compagne a bénéficié de la suspension du prononcé. Le juge a prononcé une confiscation de 143.897,36 €.

Source : www.dhnet.be

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés