Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Economie

Par : Moncef Ben Hayoun,LE MATIN - Article original - Publication : 02/07/2016 - imprimer
energie-solaire-lonee.jpg Les sites identifiés qui devront abriter les centrales de Noor-Argana se trouvent à Tensift, Errhamna, Chichaoua et Boumalne.

L’Office national de l'électricité et de l’eau potable s’apprête à lancer l’étude de faisabilité de Noor-Argana qui constitue la troisième phase de son programme solaire photovoltaïque. Noor-Argana portera sur une capacité de 200 à 225 MW pour un coût global de 350 millions d’euros.

Après Noor Tafilalet et Noor Atlas, l’ONEE s’apprête à activer le projet Noor-Argana. Selon nos informations, l’Office national de l'électricité et de l’eau potable (ONEE) est dans les derniers préparatifs pour lancer l’étude de faisabilité de ce projet qui constitue la troisième phase du programme solaire photovoltaïque initié par sa branche électricité. Noor-Argana se précise donc. Il portera finalement sur une capacité de 200 à 225 MW, au lieu de 125 mégawatts (MW), comme nous l’annoncions en exclusivité en février. Ainsi, le programme de développement des centrales solaires photovoltaïques (PV) de l’Office cible désormais une puissance installée de 500 MW au minimum d’ici 2020, contre 400 initialement prévus.

Selon nos sources, l'ONEE négocie avec trois bailleurs de fonds européens pour boucler le montage financier de Noor-Argana dont le coût global a été révisé à la hausse pour s’élever à environ 350 millions d’euros. Il s’agit de la Banque allemande de développement KfW, la Banque européenne d'investissement (BEI) et l'Agence française de développement (AFD). Le projet sera développé en mode EPC (Engineering Procurement Construction ou ingénierie, achat et construction). Les sites identifiés qui devront abriter les centrales de Noor-Argana se trouvent à Tensift, Errhamna, Chichaoua et Boumalne.

Les études de faisabilité devront encore préciser les sites à choisir finalement parmi ces derniers. L’appel d’offres pour la pré-qualification des soumissionnaires au développement de Noor-Argana devra avoir lieu d’ici début 2017. La mise en service de ce projet est prévue à partir de 2018. La production annuelle moyenne devra porter sur 320 GWh (gigawatt-heure) avec des émissions de CO2 évitées de 204.090 tonnes par an.
Rappelons que c’est Noor-Tafilalet qui constitue la première phase de ce programme solaire photovoltaïque de l’ONEE. Celui-ci vise la sécurisation de l’approvisionnement du pays en électricité, l’amélioration de la qualité de service pour les régions situées en bout de ligne (Régions alimentées par des lignes 60 kV en antenne et situées à des distances lointaines des postes de transformation), ainsi que la réduction des pertes réseau et de l’utilisation du fioul. Noor-Tafilalet porte sur 3 centrales – localisés dans les régions d’Erfoud, Zagora et Missour, d’une puissance unitaire moyenne de 25 MW pour une capacité totale minimum de 75 MW extensible à 100. La mise en service de la première centrale est prévue au plus tard début 2017. Le coût de Noor-Tafilalet s’élève à plus de 158 millions de dollars, financés à hauteur de 148,95 millions par la Banque mondiale. Après Noor-Tafilalet, l’ONEE envisage de réaliser Noor Atlas. L’appel à la pré-qualification des soumissionnaires au développement de cette phase est prévu pour le second semestre 2016.

D’une capacité totale de 200 MW, ce projet prévoit la réalisation de 8 centrales photovoltaïques d’une puissance unitaire allant de 10 à 30 MW, qui seront installées sur huit sites. Trois centrales seront implantées dans le Sud du pays à Tata, Tahla (Bouizakarne) et Tan Tan, et les cinq autres à l'Est : Outat El Haj, Aïn Beni Mathar, Boudnib, Bouanane et Boulmane (Enjil). Le projet Atlas, dont le coût est estimé à 300 millions d’euros (cofinancé par KfW et BEI, notamment), est censé être opérationnel dans sa globalité en 2018. Ainsi, le programme doit être réalisé dans sa globalité durant la période transitoire de cinq ans qui sera accordée à l’ONEE pour transférer toutes ses activités (à quelques exceptions) de production d’électricité à base d’énergies renouvelables à Masen (The Moroccan Agency for Sustainable Energy). 




Source : lematin.ma

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés