Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Quel avenir pour le marché français de l'énergie ? par Julien Tchernia, Co-fondateur et Président d'ekWateur

Par : Plein Soleil - Article original - Publication : 13/05/2016 - imprimer

En 1998, la libéralisation du marché français des télécommunications force France Télécom à céder son monopole et à faire face à de nouveaux concurrents. Dix ans plus tard, en 2008, les résultats sont incontestables : tandis que se développe la téléphonie sans fil, on voit les prix baisser, les débits augmenter, et les nouvelles offres se multiplier (« triple play », forfait illimité, etc.). Une avancée pour les consommateurs comme pour l’économie.

En 2007, le marché de l’énergie s’ouvre à son tour, et les fournisseurs traditionnels perdent leur monopole historique. Cela fera bientôt dix ans, et force est de constater que le bilan n’est pas aussi brillant pour les ménages français, leur consommation, et leur facture d’énergie. Le coût de l’électricité a grimpé chaque année entre 2006 et 2016, et continuera à augmenter en 2017, bien que les prix du marché de gros aient baissé presque de moitié depuis 2011. D’autre part, le gaz naturel a également connu une hausse de tarifs importante même en tenant compte de l’inflation – entre 2005 et 2012, avant de se stabiliser en 2013 et 2014. On peut toujours trouver de nombreuses justifications à ces hausses, mais pour le particulier, le résultat est sans verdict : sa facture ne fait qu’augmenter. De quoi a-t-on alors besoin pour créer une nouvelle dynamique au sein du marché français de l’énergie ? Et à quoi pourrait ressembler ce nouveau marché tant attendu ?

Le constat actuel : un modèle en perte de vitesse

Pour les particuliers, le marché français de l’énergie se décrit toujours aussi simplement : il est ultra-dominé par les acteurs historiques, qui ne sont plus des services publics, et dont le business model appartient au passé. En effet, pour les particuliers, il faut prendre en compte deux variables : le prix du kWh, bien sûr, et aussi la consommation réelle de chaque ménage. Prenons un exemple : il ne sert à rien de proposer un kWh à bas prix si l’électricité d’un logement est dissipée via des radiateurs électriques qui consomment énormément. Or, la rentabilité d’un fournisseur historique, sur le segment des particuliers, est essentiellement basée sur la vente au kilowattheure (kWh) aux tarifs réglementés de vente, dont le prix est fixé par l’État.

Nous avons ainsi une double impasse pour la facture du consommateur final : d’abord les prix sont basés sur des coûts que rien n’incite à faire baisser à part la volonté politique d’un État qui est également actionnaire. A ce titre, l’article 3 du décret n° 2009-975 dispose « que les tarifs réglementés sont établis de manière à couvrir les coûts [] que supportent pour fournir leurs clients Électricité de France ainsi qu’une marge raisonnable ».
Ensuite le business model productiviste d’un fournisseur historique l’empêche d’aider ses clients à réduire massivement leur consommation. Dit plus simplement, il gagne plus d’argent à vendre qu’à faire économiser. Il s’agit donc de changer le prisme par lequel les Français voient actuellement la consommation d’énergie.

L’occasion de changer de cap

Pour autant, malgré cette architecture politique et réglementaire, tous les voyants sont au vert pour un changement profond. Tous les facteurs ou presque sont aujourd’hui réunis pour qu’une véritable ouverture à la concurrence soit initiée. Il s’agit donc de se projeter pour tenter de visualiser à quoi pourrait ressembler le marché de l’énergie dans un monde idéal. Trois données sont à prendre en compte dans cette optique : la chasse au gaspillage, les énergies renouvelables et l’autoproduction.

Le marché français n’est pas organisé pour éviter le gaspillage d’énergie. La grande majorité des logements de l’Hexagone, maisons ou appartements, n’a pas été pensée pour fournir une juste consommation d’énergie, mais pour apporter une température constante. Radiateurs, sols chauffants, isolation, thermostats, il faudrait donc revoir l’intégralité de l’équipement en énergie des logements français, un chantier de taille mais largement envisageable dans les années à venir.

Quand on pense énergie d’avenir, on pense instantanément aux énergies renouvelables. En France, la production est largement subventionnée mais la demande n’en est qu’à son balbutiement. 1% seulement des français optent pour une offre 100% renouvelable (contre 20 à 30 % en Allemagne et en Belgique par exemple). Il est temps de rétablir cet équilibre offre-demande, en aidant simplement les consommateurs à choisir. Le gouvernement a déjà les outils, le comparateur internet du médiateur de l’énergie par exemple. Il lui suffirait d’en faire la promotion pour que tous les français commencent à faire des économies.

L’autoproduction reste à développer

Le solaire, l’éolien, la géothermie et même, pour les vieux moulins la petite hydraulique, sont autant d’outils de production d’énergie qui existent pour le particulier. Leur exploitation est bien subventionnée par l’État, mais uniquement si leur production d’énergie est revendue aux fournisseurs historiques. Là encore, double impasse : quel est l’intérêt du fournisseur historique qui possède déjà son parc de production de pousser au déploiement de ces sites décentralisés, qui viendront concurrencer ses grandes centrales ? Quel est l’intérêt pour un alternatif de pousser au même déploiement s’il ne peut pas en racheter l’énergie ? Il reste donc un travail réglementaire à faire, qui n’a pas été abordé dans la loi de transition énergétique, pour que les fournisseurs alternatifs aient un intérêt à aider les Français à produire leur propre énergie.

Alors finalement, à quoi ressemblerait la consommation idéale d’énergie d’une maison ? Des thermostats intelligents (qui peuvent apporter jusqu’à 30% de réduction de la consommation), des radiateurs ou chaudières à meilleur rendement, des panneaux solaires sur le toit pour produire une partie de son énergie et un système pour décaler dynamiquement sa consommation durant les heures creuses. Quatre éléments accessibles à une grande partie des français mais qui demandent encore que la réglementation soit bousculée, ou du moins assouplie.

L’Europe peut être le nouvel espace des énergies vertes

Dans l’hypothèse où tous les ménages adopteraient les outils pour limiter le gaspillage d’énergie tout en autoproduisant une partie de leur propre électricité, il y aurait bien évidemment une baisse de consommation globale d’énergie en France, et donc un surplus du côté des producteurs tricolores. Comment pallier cette surproduction ? Les pays européens sont aujourd’hui tous connectés et il est tout à fait envisageable d’acheminer ce « trop plein » d’énergie auprès des pays qui produiraient moins que la France. Et même si la France produit une électricité à un prix moins attractif qu’il y a quelques années à l’échelle européenne, certains pays pourraient tout à fait être intéressés par la production française. De quoi compenser le manque à gagner auprès des particuliers français, même si bien évidemment certaines barrières structurelles (manque de ligne à haute tension sur certaines zones frontalières) doivent encore être franchies.

Le collaboratif, une opportunité pour repenser le marché français

Enfin, dernière piste dans l’optique d’un monde énergétique idéal : le collaboratif. On connaît déjà le collaboratif pour se déplacer, se loger ou même partir en vacances. Mais l’énergie pourrait également bénéficier de cette mouvance venue du Web et démocratisée grâce à nos smartphones. Si le collaboratif ne va pas bouleverser directement la manière de consommer du particulier, on peut tout à fait imaginer que cela améliore considérablement la qualité de la relation entre fournisseurs et clients. Et si chaque client donnait, en plus de son avis personnel sur son fournisseur, les clés à chaque autre client potentiel pour bien comprendre et discerner les atouts et avantages (ou inconvénients) de tel ou tel fournisseur ? De tel outil d’autoproduction ? D’autres moyens d’améliorer notre façon de consommer, directement issus du collaboratif, pourraient voir le jour dans les mois et années à venir. Il reste encore à les inventer, mais ils pourraient apporter ce souffle nouveau tant attendu.

Encadré

Qui est Julien Tchernia ?

Natif d’Aix-en-Provence, il a déjà à son actif plusieurs développements réussis de sociétés. Après un début de carrière entre la Bretagne, la Pologne, l’Italie et la Bourgogne, cet entrepreneur dans l’âme a su en Belgique, en Italie comme en France, faire croitre rapidement de petites filiales à l’étroit sur des marchés très concurrentiels. C’est en 2007 qu’il se lance dans l’énergie, bien décidé à lier développement de business avec lutte contre le dérèglement climatique. Cet ingénieur télécom interrompt alors sa carrière pour un an de formation en énergie aux Mines de Paris. Il se lance dans le secteur pour le compte d’industriels mais l’appel de l’entreprenariat est trop fort. En novembre 2015, avec son associé Jonathan Martelli, il investit ses fonds propres et fonde ekWateur, un nouveau fournisseur d’énergie alternatif qui sera officiellement lancé en septembre 2016.
Plus d’infos…

Source : www.plein-soleil.info

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés