Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

La Métropole va cultiver un champ photovoltaïque

Article original - Publication : 27/09/2013 - imprimer
Mille panneaux classiques plus les dernières innovations seront installés à Pech David./

Mille panneaux classiques plus les dernières innovations seront installés à Pech David./

Mille panneaux solaires vont produire de l’énergie propre début 2014 sur un terrain de la Métropole, près de l’usine d’eau de Pech David. Un premier pas pour une démarche écologique.

Du soleil dans l’eau froide. De l’énergie solaire va être produite dans une centrale photovoltaïque située sur deux terrains de l’usine de traitement des eaux potables de Pech David, en concession auprès de Véolia.

«Mille panneaux photovoltaïques de conception classique vont être installés fin décembre sur deux parcelles d’une surface totale de 8 500 m2, qui entreront en service début 2014, les appels d’offres sont en cours», explique Dominique Py, conseillère municipale et communautaire déléguée aux énergies renouvelables.

Premier maillon d'une chaîne énergie verte

«C’est un projet phare, emblématique, poursuit l’élue, qui sera suivi d’autres sur des sites que je ne peux révéler encore, une étude définissant le schéma directeur de développement des énergies renouvelables sur le territoire de la métropole étant en cours».

«Le projet est raisonnable, avec un investissement de 600 000 € pour une production annuelle équivalente à la consommation de 282 habitants, commente Dominique Py, il présente aussi l’avantage d’avoir deux volets avec un millier de panneaux classiques, d’une part, et une seconde partie constituée des in novations les plus récentes sur le marché».

Hier, le conseil communautaire de Toulouse Métropole a approuvé hier la convention signée avec Véolia (concessionnaire de l’usine d’eaux) et avec la régie municipale d’électricité de Toulouse (RMET), qui sera maître d’ouvrage et assurera aussi l’investissement, l’entretien et l’exploitation de la centrale. Par cet accord, la métropole met à disposition de la RMET les parcelles concernées.

«Ces terrains présentent un bon ensoleillement, sans ombres portées, et n’ont aucune valeur agricole», précise Dominique Py.

En 2020, on votera aussi pour la Métropole

Les prochaines élections municipales de mars 2014 seront sans doute les dernières, sur le territoire de la Métropole, où l’on votera pour désigner les conseillers municipaux, parmi lesquels sont délégués les élus communautaires. Le projet de loi sur les métropoles, en discussion devant le Parlement, devrait être adopté fin novembre début décembre. Il prévoit, dans sa version provisoire, l’élection de la moitié des représentants des métropoles au suffrage universel direct (l’autre moitié serait constituée, comme actuellement, de délégués de chaque conseil municipal concerné).

Ce nouveau statut sera accordé, hors Paris, Lyon et Marseille, aux communautés de Toulouse, Bordeaux, Montpellier, Nice, Grenoble, Lille, Rennes, Nantes, Rouen, Brest et Strasbourg. «L’état reconnaît enfin le fait urbain», a souligné Pierre Cohen, devant le conseil communautaire qui tenait hier débat sur ce projet. Les métropoles se verront attribuer de nouvelles compétences (pôles de compétitivité, tourisme, enseignement supérieur et recherche, gares métropolitaines, mobilité, aires d’accueil des gens du voyage, réseaux de chaleur ou froid et plan climat énergie, prévention des inondations, logement, etc.). L’état pourra transférer de grands équipements ou infrastructures et le Département ou la Région, certaines compétences.

Parmi les critiques, Georges Beyney, maire de L’Union, a estimé hier : «C’est la mort annoncée des départements et des communes». Une inquiétude pour les petites communes, partagée par Pierre Lacaze (PC) à gauche, comme par Paul Chollet à droite, tandis que Moudenc regrettait la «complexification» et qu’Antoine Maurice (Verts) déplorait l’oubli des citoyens par cette réforme. Ph. E.

200 000 € pour la biomasse

Toujours dans le domaine des énergies vertes, le conseil communautaire de Toulouse Métropole a voté hier l’attribution d’une aide de 200 000 € destiné à l’INRA, dans le but de lui permettre d’acquérir les équipements scientifiques et techniques destionés au développement de son démonstratuer TWB (Toulouse White Biotechnology). TWB se positionne comme un centre d’excellence international dans la transformation du carbone d’origine agricole, dans le but de passer à une économie fondée sur la biomasse.

la Métropole a aussi accordé 6 000 € d’aide à chacun des forums de l’emploi de Colomiers et Saint-Orens. Par ailleurs, l’enquête publique sur la réalisation du futur Parc des Expositions d’Aussonne va être lancée prochainement, la Métropole ayant approuvé le dossier

Le chiffre : 282

habitants > la production annuelle. La centrale photovoltaïque produira 342 MWH par an, soit l’équivalent de la consommation de 282 habitants. Pas si mal pour un investissement de 600 000 € qui évitera l’émission de 165 tonnes de CO2 par an. Pour au minimum 25 ans.

«Les énergies renouvelables sur la Métropole produisent l’équivalent de l’éclairage public toulousain».

Dominique Py, conseiller municipal et communautaire délégué aux énergies renouvelables

Source : www.ladepeche.fr

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés