Suivez Recevoir par email
logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés

Montans. Un plant de vigne mise sur le photovoltaïque

Article original - Publication : 24/03/2012 - imprimer
Philippe Daydé et son fils Fabien. L'entreprise avec ses plants en pots ou en racines nues, exporte dans des dizaines de pays, même si la France reste son cœur de marché./Photo DDM ()

Philippe Daydé et son fils Fabien. L'entreprise avec ses plants en pots ou en racines nues, exporte dans des dizaines de pays, même si la France reste son cœur de marché./Photo DDM

Parmi les entreprises leaders sur le marché national et européen, les pépinières viticoles Daydé préparent bon an mal an 10 millions de plants de vignes prêts à planter, en racines nues ou en pot. André en a été le créateur dans les années 1960, Philippe le développeur et Fabien Largarde-Daydé les a rejoints en 2011 comme responsable de production. Une croissance linéaire, servie par la restructuration des vignobles européens et la mondialisation de la vigne. De novembre à juillet, au moment du coup de feu, la pépinière emploie (outre ses 15 permanents) 70 saisonniers qui reviennent, fidélisés par une prime d'assiduité au bout de 3 ans. La chaîne, du débouturage au greffage et à la livraison ou la plantation chez le viticulteur, a nécessité des investissements à jet continu : 3 ha de bâtiments (ateliers, frigos, chambres de stratification…) dont d'un ha en toiture photovoltaïque, avec un générateur qui produit 1 300 kW depuis juin 2011.

Daydé fait partie des quatre premiers français, notamment dans sa spécialité, le plant en pot (biodégradable). « On fait aussi le plant de raisin de table, l'Italia, le chasselas… » précise Fabien Lagarde Daydé. L'entreprise dispose de 60 ha de vignes mères sur Montans, et n'en finit pas d'investir dans l'innovation : 2 300 m2 de serres supplémentaires, et deux machines à planter équipées de GPS pour assurer un service clé en mains. L'export se recentre sur l'Europe et la France (70 % du marché) comme la production. « Nous avons en France un coût du travail plus - trop - élevé, mais une bonne productivité et un savoir-faire qui fait la différence ». Daydé a valeur de label sur la greffe oméga, qui assure une meilleure circulation de sève et une bonne reprise. « Dans la famille, ce métier est une passion ».

Cette sève qui donne les petites feuilles nourrit aussi l'envie d'aller de l'avant et d'affronter la concurrence.

La Dépêche du Midi

Source : www.ladepeche.fr

Partagez
cet article

logo actualite photovoltaique
Mot-clefs associés